Les masques médicaux

Le masque médical est destiné à éviter la projection de secrétions des voies aériennes supérieures ou de salive pouvant contenir des agents infectieux transmissibles par voie « gouttelettes » ou « aérienne ».
Porté par le patient contagieux, il prévient la contamination de son entourage et de son environnement.
Par ailleurs le masque médical protège celui qui le porte contre les agents infectieux transmissibles par voie « gouttelettes ». En aucun cas il ne le protège contre les agents infectieux transmissibles par voie « aérienne ».
Il est constitué de plusieurs éléments qui ont une fonction précise : – un écran organisé en plusieurs couches, dont l’interne et l’externe sont en non tissé, et une couche intermédiaire qui assure la fonction de filtration, – la barrette nasale : elle permet d’ajuster le masque à la forme du nez, d’éviter aussi les fuites et de réduire la formation de buée sur les lunettes,
– les liens ou les fixations auriculaires : qui permettent la fixation des masques au visage.

Les appareils de protection respiratoire filtrants

Protège celui qui le porte de l’inhalation d’aérosols, poussières, gaz ou vapeurs présentant un danger pour la santé. En fonction du type de filtre, les appareils filtrants sont actifs contre :
– les particules seulement,
– certains gaz ou vapeurs seulement,
– les particules et certains gaz ou vapeurs.
Un appareil de protection respiratoire filtrant contre les particules protège son porteur contre l’inhalation d’agents infectieux à transmission aérienne ou à transmission par voie « gouttelettes ».
Un appareil filtrant contre les particules est constitué de deux parties :
– une pièce faciale (partie de l’appareil en contact avec le visage de l’utilisateur, demi -masque ou masque)
– un dispositif de filtration (filtre P1, P2, P3 par ordre croissant d’efficacité), ou d’un seul élément sous forme de pièce faciale filtrante (FFP1, FFP2, FFP3 par ordre croissant d’efficacité).
Un certain nombre de mentions doivent obligatoirement apparaître sur l’appareil de protection respiratoire :
1 / la classe d’efficacité : par exemple FFP2 2/la marque CE
3/le numéro et l’année de la norme correspondant au type de l’appareil

Précautions et mode d’emploi

Les masques médicaux ont un « sens » à respecter lors de la mise en place :
– Il convient de présenter à l’extérieur la mention imprimée sur le masque. – En l’absence d’indication spécifique, on applique sur le visage le côté le plus rembourré de la barrette

- Technique de pose :

N’extraire de l’emballage qu’un seul masque, le masque à utiliser, et le saisir par sa partie centrale externe.
* Respecter le sens de pose (barrette en haut et plis plongeants)
* L’appliquer sur le visage en le tenant par les liens * Le masque doit être porté en couvrant le nez, le menton et la bouche. Il doit être appliqué hermétiquement sur le visage.
*La barrette est pincée au niveau du nez pour augmenter l’étanchéité et limiter la fuite.
*Le masque est manipulé seulement pour la pose et le retrait (ne pas le repositionner), et toujours par les attaches.

-Modalités de changement :

De manière générale, le masque est à changer :
– au moins toutes les 3 heures, en cas de port de longue durée – en cas de souillure, de projection – s’il a été touché et/ou baissé au niveau du cou.

Il convient de pratiquer un lavage simple ou une friction hydro alcoolique des mains avant et après chaque changement de masque

Les masques sont ils vraiment efficaces contre le COVID 19?

Devant la pénurie de masque FFP2, les autres gestes barrières restent très efficaces, pour se protéger contre l’épidémie de COVID-19. En effet toutes personnes doit se comporter comme porteur asymptomatique, afin de réduire le risque de contamination via les gouttelettes de salive. Si le masque comporte une couche imperméable, il protège celui qui le porte contre les projections de liquides biologiques.

N’oubliez pas de respecter une distance de sécurité de minimum un mètre et demi.